site dédié a George Michael |
 
 

Tout le monde en parle

 

France 2 Thierry Ardisson recoit George Michael

 

George Michael Bonsoir, 

 

George – Oh bonsoir! 

 

Vous étes plutôt rare a la télévision. Je crois que c’est la première fois que vous participer à un talk show en France ?

George – Probablement, oui en effet, a moins que je me trompe ou que je ne me rappelle pas. Non, je crois en effet que c’est la toute première fois… en tout cas que je participe à une émission comme celle-ci. 

 

Merci d’avoir choisi « tout le monde en parle ». George Michael : 80 millions d’albums vendus. Pouvez vous dire : « Magneto serge » 

 

George – Magneto Serge

 

(extrait de vidéo Amazing) 

 

Alors George, l’album s’appelle Patience, parce que finalement on a attendu 8 ans un nouveau cd de chansons originales. En 1999, il y a eu « Songs from the last century » qui était des reprises. Et en 2002 vous avez sorti 2 singles : un qui s’appelle freeek, l’autre Shoot the dog, et avant de parler de vos nouvelles compositions, je voudrais qu’on disent un mot de ces 2 chansons, Freeek et Shoot The Dog, parce qu’elles figurent sur votre nouvel album. Alors ces deux chansons de colère, ces 2 singles assez engagés. Dans Freeek vous remettez en cause l’overdose du sexe à la télévision. Vous dites qu’aujourd’hui les jeunes sont pris en otage par la pornographie. 

 

George – Alors, je ne sais pas si c’est vraiment pris en otage en fait. Mais ce qui me semble, c’est que aucun effort n’est fait pour protéger les jeunes lorsqu’il y a beaucoup d’argent a gagner. Alors malheureusement, disons que les considérations sociales tels que les…. Je ne sais pas comment les choses de passent en France. En Angleterre, la plus part des enfants des classes moyennes ou bourgeoises et pas nécessairement des classes moyennes, ont une télé dans leur chambre a coucher dés l’age de 8 ou 10 ans. Et moi j’ai été choqué de voir lorsque je regardais la télé britannique tous les soirs, ce que je voyais c’était des choses assez choquantes et je me suis dis que peut-être qu’il  y avait des gamins qui avait peur de voir ce qu’ils voyaient, surtout si ils étaient très jeunes. Alors, j’ai essayé de faire un disque qui parlerai de ce genre de problème. C'est-à-dire, ce fait qui  ait un espèce de bulldozer du sexe, le commerce du sexe, a la télévision et l’aspect agressif que ça peut avoir sur des jeunes de 10 ans ou 11 ans. Alors plutôt que, disons, que de me donner l’image de quelqu’un qui approuve la censure, je préférais être a coté de tout cela, prendre position, prendre du recul et me mettre , me mettre dans ce contexte. 

 

Vous dites qu’en Angleterre vous avez vu en 2e partie de soirée a 22h30, des émissions ou on parlait facilement de fétichisme et d’ondinisme aussi. 

 

George – Ben oui ! Ca justement je trouve que c’est… Pourquoi pas en fait… Disons que pour moi c’est tout a fait fascinant (rires). Mais, disons que les anglais, les Britanniques en générale ont besoin de se décoincer un peu. Ca fait tellement longtemps qu’ils ont besoin de ce décoincer, autour du sexe que maintenant, peut-être le contrecoup, bien, la réaction adulte est finalement assez saine, je crois, finalement pourquoi pas. Mais par contre il y a une certaine paresse dès qu’il s’agit de producteur ou encore les parents des enfants. Disons que les gens ne font pas très attention, lorsque les enfants regardent la télé. Il y a des choses quand même assez hard.

 

Le sexe sans âme vous choque George ? 

 

George – Pas vraiment non…. Ca m’est beaucoup arrivé par exemple (rires). Non en soit c’est pas ça qui choque. Le sexe après tout avec de l’amour c’est quand même quelques chose de différent ou plus enrichissant que le sexe sans âme, mais enfin y a pas de problème avec ça. 

L’autre single qui est sorti en 2002 et que l’on retrouve sur l’album Patience, c’est Shoot The Dog. Une chanson qu est anti Bush, anti Blair, il y aune vidéo qui a été faite ou l’on voit  Tony Blair  qui danse dans les pattes de Bush comme un chien a 4 pattes. Il y a une autre séquence ou vous étés au lit avec la femme de Tony Blair, Cherie Blair. Vous avez été très attaqué par les journaux conservateurs suite à cette chanson, cette vidéo. Vous répondez finalement, qu’a propos de la guerre en 2003, y il a un an que 90 % des anglais pensaient comme vous, c'est-à-dire 90 % des anglais étaient contre la guerre en Irak. 

 

George – Le chiffre se rapprocherai plutôt des 70%. Disons que 70% étaient contre la guerre à aucun prix, et 90 % des anglais disaient non sauf si les nations unies s’en mêlent. Evidemment ça fait un pourcentage assez spectaculaire de la population que l’on ne peut pas ignorer lorsqu’on lance le pays en guerre tout de même.  

 

Alors au début du mois vous déclarez dans un journal qui s’appelle BIG ISSUE , parce qu’il faut savoir c’est que George Michael s’exprime souvent dans les colonnes de Big Issue, qui est un journal de SDF en angleterre. C’est une façon de les aider parce que quand il s’exprime, tout le monde l’achète évidemment. Dans Big Issue vous dites c’est effroyable pour ceux qui ont perdu des enfants dans cette guerre de s’entendre dire par Tony Blair, que le monde est beaucoup plus sur. 

 

George – Disons que c’était quelque chose d’un petit peu inhumain de répéter ça à tout bout de champs. Mais le raisonnement politique on le comprends. Il était un peu insensible à la douleur. Pour ceux qui avait perdu des êtres chers qui essaient d’empêcher la guerre en demandant au public de faire entendre sa voix. Je ne sais si on sait rendu compte, que personne s’est rendu compte de nos revendications. En fait la question qu’il fallait se poser avant la guerre, et toutes les questions et les réserves que les gens avaient émises et bien ces questions, ces doutes, étaient finalement démontrées. Les gens avaient raison d’avoir des doutes. Ce qui m’a encouragé c’est de voir la sanction électorale en Espagne, même si il était absolument horrible de ce dire qu’un groupe intégriste a eu de l’influence en quelques sortes sur l’élection. _______________ qui disaient : assez on en a marre d’être ignoré : Soit c’est une bonne chose et c’est ce que j’espère, soit c’est que la passion du peuple espagnole pourra peut-être empêcher que ce genre de chose se produisent dans mon propre pays.

 

Alors voila pour les 2 chansons qu’on connaissait de l’album Patience, maintenant on va voir les nouvelles. Vous avez dit  George Michael : «  j’ai longtemps cru que c’était une fatalité que tous les compositeurs donnaient le meilleur d’eux-mêmes très tôt pour se dessécher ensuite » et vous avez découvert que c’était faux. Mais quand on écoute votre album, on s’appercoit que votre talent de song writter n’a pas diminuer.  

 

George – Oh merci beaucoup. 

 

C’est vrai ! 

 

George -  Je pense, il me semble que… disons que la crainte la plus importante qu’on puisse avoir quand on est artistes est justement de perdre sa créativité. Et il a tellement d’exemple de ce genre de situation, notamment dans l’histoire de la musique pop, parmi les meilleurs paroliers, les meilleurs songs writer. C’est quelques chose qui m’a toujours effrayer, et je crois  que la seule façon de protéger, justement contre ce risque, justement ce risque de ce dessécher, et bien c’est de protéger ma propre santé mentale et de m’éloigner autant que possible de toute cette vie publique et du show biz. Alors il m’a semblé que, disons… mon style de vie est devenue beaucoup plus simple, beaucoup plus modeste que l’on pourrait l’imaginer. Lorsque je regarde ceux qui on perdu justement leur talent d’écriture, ils mènent des vies très glamour avec des gens, très entourés toutes sortes d’activité flamboyantes, des supers villas, les meilleures soirées et compagnie… mais moi ça m’intéresse pas ces trucs la. Et probablement c’est peut-être la raison pour laquelle je suis encore ici aujourd’hui. 

 

Voila, vous avez aussi une vie plus apaisé. Il faut le dire parce que après les 2 chansons qu’on a parlé tout a l’heure, Freeek et Shoot the dog, on trouve au contraire une écriture, très calme avec beaucoup de recul et vous dites 2003 est ma 1ere très bonne année depuis 10 ans… euh ! C’est vrai ? 

 

George – Disons que c’est même plus que 10 ans, même 12 ans. Disons que 2003 a été pour moi la premiere depuis longtemps en tout cas ou je me suis senti vraiment productif, et je veux que les choses restent ainsi. 

 

Alors parmi les nouvelles chansons, il y a une chanson qui s’appelle John and Elvis are dead, qui est évidemment un hommage à Presley et Lennon… 

 

George - … il me semble, enfin je pense que cette chanson sera, disons la pièce maîtresse de la génération 'peace love and understanding'  et il me semble qu’avec le temps, cette chanson gagnera des parties importantes de l’histoire. 

 

Il y a une autre chanson sur l’album Patience qui s’appelle, My mother has a Brother, ou vous raconter, George Michael que le frère de votre mère, votre oncle  était homosexuel, elle vous l’a dit a l’age de 17 ans, et elle vous raconte aussi que c’est le jour de votre naissance que votre oncle s’est suicidé. Votre mère vous disait souvent que vous lui faisiez penser a lui, c'est-à-dire à la fois sensible, créatif, gay aussi et lui c’est tuer parce qu’il ne pouvait arriver a imaginer dans la vie ce qu’il voulait réaliser. Donc vous vivez un peu la vie de cet oncle à sa place d’une certaine façon, non ? 

 

George – Bon je ne vais quand même pas dire, que je sais ce que ressentait mon oncle, cela était je crois, on peut supposer sans risque de se tromper que sa sexualité en tout cas dans les années 50 a sûrement été une source de dépression pour lui et c’est la raison sans doute pour laquelle il s’est suicider. Et alors a travers cette chanson, ce que j’ai voulu faire, c’est justement de montrer comment les évolutions qui se sont produites, au moins dans notre région du monde, cette évolution a été dans le bon sens. Evidemment je rencontre beaucoup d’homophobie, notamment dans la presse par exemple. Mais malgré tout cela même si on dit toutes sorte de choses, quand même je suis libre. Et personne ne va m’enfermer parce que j’aime les personnes que j’aime ou parce que je fais l’amour avec les gens avec lesquels je fais l’amour. Et c’est donc une célébration de cette liberté. C’est une façon de rappeler a tous, et surtout a la communauté gay, que cette liberté est récente. 

 

Pourquoi avoir attendu pour faire votre « outing », d’être surpris dans ces toilettes de Los angeles. Pourquoi l’avoir pas fait avant, alors que des amis a vous, je pense a Boy George, vous disait, fait le ! Fais le ! Pourquoi avoir attendu d’être pris ? 

 

George – Etre ouvertement homosexuel c’est fondamental pour n’importe quel homosexuel. On peut le dire à ses amis, à sa famille. Vaut mieux le dire tout de suite, le plus tôt c’est le mieux. Lorsqu’on est une célébrité, dans la presse dans les médias, ce n’est pas nécessairement ce que le public attend. Et heu… si… j’aurai tord de dire que je suis pas traiter différemment par la presse. Parce que depuis que j’ai annoncé mon homosexualité, les choses ont changé. Le public évidemment a,  remarquez, je crois qu’une grande partie du public le savait avant le « coming out ». Je l’ai dit d’ailleurs, je l’ai insinué de bien des façons, je n’ai jamais nié l’existence de mon premier partenaire. Donc je l’ai dit sans le dire, mais enfin, c’est surtout le fait, mes craintes de la réaction de la presse, je pense. Et je comprendrais tout à fait aujourd’hui quelqu’un qui ne veut pas être réduit à un stéréotype homosexuel, gay. Point Final. Parce qu’on est bien plus que ça. Et c’est bien triste qu’un homme ou une femme, d’ailleurs, homosexuel doive consacrer toute son énergie à cacher son identité sexuelle. Mais tant que l’on ne pourra pas être ce que l’on veut lorsque  le fait d’être homosexuel est considéré comme une réduction de la personnalité, et je pense que les choses sont meilleurs en France qu’ailleurs, mais tant qu’on sera réduit a un simple stéréotype alors, il ne faut pas forcer les gens a faire leur « coming out ».

 

Ok merci. Depuis cet outing, George Michael, vous  étés passé de l’autre coté du miroir. Vous avez l’air d’être mieux, plus apaisé. Vous assumez vraiment bien votre différence, et je ne dis pas simplement votre différence sexuelle, parce que ça vous le faisiez avant, mais aussi celle que vous ressentiez depuis votre enfance a l’école. D’abord votre nom, c’est vrai que vous vous appelé Georgios Kyriacos Panayiotou, alors évidemment c’est compliqué quand on est a l’école, d’ailleurs votre père c’est fait appelé Jack Panos. Ensuite votre taille, vous mesurez 1,82m vous êtes  un peu trop grand quand vous êtes petit, c’est la cas de le dire, et puis votre corps. Vous étiez un peu empoté, et alors la finalement, vous avez l’air d’assumer ça complètement normalement, non ? 

 

George – Disons que je suis quelqu’un qui a été reconnu très tôt , et moi-même j’ai pu voir très tôt que la plupart des ambitions s’appuient sur des disfonctionnement, c’est curieux, mais c’est les défauts qui vous poussent a progresser, et alors j’ai voulu m’appuyer sur l’expérience, pour justement peut-être penser des plaies d’enfance, nous portons tous des blessures de notre enfance. Mais ce que j’ai essayé de faire, c’est de m’occuper surtout de ma tranquillité d’esprit pour régler mes problèmes. Avec un peu de courage on peut régler tous les problèmes qu’on porte dans sa tête. A l’age de 40 ans aujourd’hui, je pense que j’ai réglé la plupart des problèmes qui se sont posés, je me sens effectivement a l’aise.

 

Alors aujourd’hui ont a parlé d’une nouvelle vie. Mais demain encore plus parce que l’album Patience qui sort en ce moment est le dernier album que vous distribuer par la voie normale. Vous dites à partir prochain, je diffuserai mes chansons sur l’Internet gratuitement, les gens feront des dons à des associations caritatives. Mais voila, ce sera plus en vente dans les bacs, est-ce que c’est un nouveau pied de nez que vous faites aux maisons de disques, parce qu’on sait que vous avez eu des problèmes avec Sony, vous les avez traité d’esclavagistes, et aujourd’hui vous sortez l’album chez eux. Est-ce que c’est une façon de leur faire un Pied de Nez ?

 

George – Non, non, non… Et croyez moi, ils vont s’enrichir d’ici là, ils vont considérablement s’enrichir grâce à moi !  Non.  Disons que c’est simplement  pour moi… comme je veux pouvoir maîtriser chaque partie dans ma vie, je veux justement pouvoir  maîtriser la suivante. J’ai traversé une période de grande difficulté, et je  voudrais justement éviter de retomber dans les écueils d’hier. Alors, l’une des grosses pressions auxquelles je suis ___________ dans ma carrière, c’est que j’ai derrière moi une énorme collection de chansons. Et tous les 3 ou 4 ans on me juge la dessus, d’ailleurs c’est vrai pour tous les artistes musicaux. Alors, mon angoisse par rapport a tout cela, c’est ce qui m’a disons ôté la joie d’écrire… J’y arrivais quand même, mais disons qu’il y avait une angoisse qui gênait tout cela. Depuis un an, je me suis dit, pourquoi ? Pourquoi je fais de la musique. Je me suis vraiment rappelé les causes profondes et j’ai voulu dépassé ces angoisses et me dire que la musique ce doit être une source de plaisir et non pas d’angoisse. Et la… avec ça, c’est pas a travers les médias que je vais y arriver, c'est-à-dire que l’avenir de la célébrité est toujours un peu douteux. Je sais pas si c’est vraiment une vie si agréable que cela, alors c’est beaucoup plus agréable de donner a ceux qui aiment ma musique et ne la trouveront plus_______ de leur donner la possibilité de la télécharger gratuitement sur Internet. Et puis ça m’a donné l’idée que peut-être de leur coté ils voudraient participer a une cause caritative. Ils ne sont pas obligés, et si ils sont très méchants, ils peuvent juste télécharger de la musique gratos et c’est tout. Mais avec un grain de générosité et beaucoup de gentillesse, je crois qu’il y aura des gens qui seront contents de verser un peu d’argent à des associations caritatives.

 

George Michael, vous rêvez d’une nouvelle vie, tranquille, un petit peu loin des médias, d’argent, etc… Vous savez l’argent ça existe quand même. Je vais vous faire une interview… pour combien ….. ? 

 

TA : Pour combien d’argent enregistreriez-vous un album sous votre vrai nom Giorgios Kyriacos Panayitou ?
GM : Disons que ce serait peut-être marrant de faire ça. Ca ne me poserait pas de problème mais il faudrait que tout le monde apprenne à prononcer le nom correctement.

TA : Pour combien d’argent chantez-vous en live maintenant ?
GM : Il faudrait sans doute faire venir un fourgon blindé avec plein de sous.

TA : Pour combien d’argent accepteriez-vous de dîner avec Bush et Blair ?
GM : Gratuitement, ça je le ferais. Je ne crois pas qu’ils m’inviteraient.

TA : Pour combien d’argent vous reformez Wham ?
GM : Là encore, je le ferais sans problème mais je ne pense pas qu’Andrew serait très chaud pour le faire. Donc, peu importe ce que je demanderais…

TA : Pour combien d’argent vous venez chanter pour l’anniversaire de ma fille ?
GM : On en parlera tout à l’heure.

TA : Pour combien d’argent vous vous mettez torse nu ?
GM : Il n’y a pas suffisamment d’argent en France pour ça.

TA : Pour combien d’argent vous restez jusqu’à la fin de l’émission ?
GM : Désolé, je ne peux pas parce que je prend mon avion tout de suite. Et vous savez que c’est vrai.

 

(es _________________ dans les textes  correspondent aux passages que j'ai pas reussi a comprendre.)

 

 

 
 

  Fermer cette page