site dédié a George Michael |
 
 

Hard Talk

 

Tim Sebastian and George Michael

 23 Février 2003

 Traduite par Frédérique

 TIM SEBASTIAN: George Michael, bienvenue dans le programme.

 

GEORGE MICHAEL: Merci. C’est un plaisir de vous rencontrer.

 

TS: Pourquoi l’Irak?  Parce que c’est à la mode ?

 

GM: Oh mon dieu, non. Je n’ai absolument aucune envie d’être là aujourd’hui. J’étais même réticent à venir.

 

TS: Pourquoi ?

 

 

GM: Simplement parce que – en toute honnêteté, j’ai été un des premiers à sortir des tranchées , dans la catégorie des artistes, pour quelque chose qui allait forcément diviser – et pour un sujet aussi sensible que l’Irak , j’ai pris un risque en en parlant il y a déjà 6 ou 8 mois. Parce que vous éloignez les gens de vous et c’est ce qui s’est passé, très très vite. Et j’ai été énormément critiqué pour avoir eu de l’audace en tant que pop star tendance, et en n’étant pas une rock star ou un chanteur rebelle.

 

TS: Mais il n’y a rien de mieux que de la mauvaise publicité, non ?

 

GM: Il y a -

 

TS: Particulièrement quand vos ventes de disques fléchissent ?

 

GM: Avez-vous vu de la publicité pour moi ? Seulement une ? C’est vraiment n’importe quoi. Et j’aimerai ajouter, que non, mes ventes de disques ne baissent pas. J’ai sorti 2 singles 6 ans après mon dernier album. Et mes fans ont en moyenne 35 ans, non ?

Il y avait une émission sur Channel 4 il y a 3 ou 4 mois ou un artiste provoquait Wollworths parce qu’ils n’avaient pas ses disques en stock, et il y a avait une représentante de Wollworths qui répondait que selon une étude de marché sur les ventes de disques de 2002, les acheteurs étaient des adolescentes de 12 ans, non 11 et 12 ans , aussi étrange que cela puisse paraître, 11 et 12 ans !

La seule raison qui m’ai faite sortir ces deux singles, c’est qu’avec un public de 35 ans ou plus, si je ne le faisais pas, ils ne seraient pas passés à la radio.

Je ne veux pas rivaliser avec, vous savez, « la nouvelle star « et les jeunes gens ambitieux qui n’ont même pas la moitié de mon âge.

Je veux juste sortir mes albums

 

TS: Mais vous dites que vous êtes plus heureux de participer à un grand débat que de faire un tube ? Vraiment ?

 

GM: Absolument.

 

TS: Vous devez être surement le seul alors.

 

GM: Oui surement. Cela fait 20 ans que je suis dans ce métier. Je ne passe jamais à la télévision, jamais. J’ai une phobie avec les caméras. Je n’ai pas d’intêret à faire de la promotion à part faire des vidéos.

 

TS: Mais vous n’avez jamais protesté au plus haut de votre célébrité, n’est ce pas ?

 

GM: Bien sur que non. J’avais 19, 20 et 21 ans. Qu’est ce que vous faisiez à cet âge là ?

 

TS: Beaucoup de gens à 19, 20 et 21 ans marchaient dans la rue, n’est ce pas ? contre le Vietnam par exemple.

 

GM: Oui je sais mais j’étais trop jeune pour ça. Maintenant je suis prêt.

 

TS: Il y a eu d’autres guerres depuis, non ?

 

GM: C’est mon heure. Je comprends ce que vous essayez de dire. Mais le fait est que je ne me sens pas concerné quand vous m’accusez de me faire de la publicité. J’ai été soi disant fini déjà 4 fois. J’ai arrêté Wham alors c’était fini. Ensuite avec Sony j’ai mis ma carrière entre parenthèses pendant 2 ans et demi, ce qui a été inutile puisque maintenant personne ne veut payer les artistes, qui sont lâchés par les maisons de disques. Et j’ai été fini à cause de ça car cela m’a encore pris 2 ou 3 ans de ma carrière. Et enfin j’étais fini après mon arrestation. Et maintenant ça continue car je parle de politique. Alors que je n’ai aucun problème, j’ai ..

 

TS: Bon, vous ne cherchez pas à vous faire de la publicité. Qu’est ce qui vous fait peur dans cette confrontation avec l’Irak ?

 

GM: Bien si je  -

 

TS: Qu’est ce qui vous fait si peur ?

 

GM: Avant que nous parlions de cela, comme vous m’avez accusé de vous utiliser – je sais que ça fait partie de ce programme –

 

TS: Je ne vous ai pas accusé, je vous ai demandé.

 

GM: Ok, vous m’avez demandé. Ok, vous l’avez insinué, nous changerons le texte. Vous avez insinué que j’avais besoin de publicité, alors je vous demande pour quelle satanée raison je serai ici après tout ce qui m’est arrivé ? J’ai sorti mon disque – malgré le désaccord de ma maison de disques – très réticent ; contre l’avis de mon managers, contre l’avis de mes avocats. Tout le monde m’a prévenu que ça ne passerait pas à la radio. De nos jours, le contrôle qu’à le gouvernement sur les radios et les télévisions est phénoménal. Ils ne le passeront pas ? Je n’ai pas voulu les croire.

 

 

TS: D’accord. Alors vous avez pris le risque.

 

GM: Et j’ai perdu. Alors pourquoi suis je là ? J’ai perdu -

 

TS: Alors dites moi ce qui vous fait peur en Irak.

 

GM: Je n’ai pas de peur par rapport à l’Irak. C’est Monsieur Blair et son attitude sur l’avenir qui me font peur. Je pense que nous sommes à un point tournant maintenant. Je suis désolé mais le 11 Septembre a été le début de ce point tournant et maintenant nous arrivons au bout. Le 11 Septembre était une provocation  directement dirigée vers l’Amérique et la réaction était supposée être une vengeance..

 

TS: Mais il n’y a pas eu de réaction inconsidérée, n’est ce pas ?

 

GM: Non il n’y en a pas eue mais ne pensez vous pas que - ?

 

TS: Il y a eu une réaction réfléchie, après concertation mondiale, non ?

 

GM: Ah bon ?

 

TS: Il n’y en a pas eu ?

 

GM: Je ne vois aucune concertation.

 

TS: Les politiques américains ?

 

GM: J’ai vu beaucoup d’intimidation.

 

TS: Faire le tour du monde.

 

GM: Oui, mais les avez vous entendu dire autre chose que “terroristes” – Ce sont les terroristes ou nous ?

 

TS: Votre reproche est qu’il n’y ait pas eu de débat, mais les journaux –

 

GM: Non, non, non, non. Mon reproche était – et c’était il y a 8 mois, qu’il n’y avait pas de débat.

 

TS: Donc il y a eu des débats depuis ?

 

GM: Oh oui, qui ont tous été ignorés. C’est  le  problème. Je suis ici parce que –

 

TS: Ignorés par qui ?

 

GM: Par le premier ministre.

TS: Non, il a éprouvé le besoin d’y aller et de faire ce en quoi il croyait.

 

GM: Oui, absolument.

 

TS: Et la réaction à ça.

 

GM: Absolument. Et ne croyez vous pas que ses électeurs ne lui avaient pas dit qu’ils n’étaient pas convaincus par ça ?

 

TS: Certains l’avaient fait.

 

GM: Non, 91%. Hier,  91% ont dit que sans les nations unies, ils ne voulaient pas y aller. Pensez vous que c’est proche de l’unanimité ?

 

TS: Vous étiez tellement dans sa ligne, n’est ce pas ?

 

GM: Non, non, non, je ne l’étais pas. Je ne me suis jamais tourné vers ce satané parti. Excusez-moi. Je n’aurai jamais été utilisé de cette façon. Quand j’ai rencontré Tony Blair, c’était à Islington avant qu’il ne soit premier ministre, quand il avait besoin de gens comme moi. Je l’ai rencontré personnellement. J’y suis allé et ai déjeuné avec lui et nous avons discuté, parce que mon avocat est un membre du Labour Party.

 

TS: Mais vous l’avez soutenu, n’est ce pas ?

 

GM: Quand ?

 

TS: A ce moment là.” L’Angleterre cool ?”

 

GM: Je n’ai jamais cru dans “l’Angleterre cool”. Non, vous ne parlez pas à Noel Gallagher ou à quelqu’un de la nouvelle pop britannique. Vous parlez à une personne qui a débuté il y a 21 ans. « l’Angleterre cool » est un ramassis de conneries pour moi, vous savez.

 

TS: Vous avez dit, je crois toujours en Tony Blair. Je le trouve charismatique et convenable. A quel moment perdrez-vous la foi ?

 

GM: Pour être honnête, je l’ai perdu ces 5 derniers jours.

 

TS: Vous avez dit cela il y a trois jours.

 

GM: Mm. Mais j’essayais d’être – en fait Dimanche- j’essayais de ne pas paraître trop blessant, en toute honnêteté. Et ce qui s’est passé, c’est que j’ai été si poli que personne n’a rien rapporté à ce sujet, ce qui n’est pas pourquoi je suis là. Alors aujourd’hui je vais parler beaucoup plus clairement que ce que j’ai fait Dimanche matin à 9h.

 

 

TS: Pourquoi ? Qu’est ce qui a changé vous concernant dans les cinq derniers jours ? Je veux dire, vous l’avez appelé un homme honnête.

 

GM: Bien, c’était Vendredi – je serai très honnête, j’ai été très chagriné par l’attitude de Monsieur Blair depuis plusieurs années dans le sens qu’il a enlevé l’idéalisme de la politique ; en se mettant à gauche – une supposée gauche d’un parti centriste et qu’il a appelé Labour ou nouveau Labour, et puis – Nous devons être pragmatiques. La gauche est vraiment, dans ces temps consuméristes, la gauche est vraiment ….

 

TS: Il a aussi dit qu’il faut avoir une politique étrangère morale, n’est ce pas ?

 

GM: Absolument. Ce n’est pas moral, n’est ce pas ? C’est un pays chrétien avec un supposé leader chrétien qui pense de toute façon que la solution au futur est une action préventive. Pour moi, une action préventive est aussi dangereuse qu’a pu l’être le concept même de la bombe atomique. D’ailleurs, elle a été créée pour le même type de raisons, par la même nation. Et je ne crois pas  que ce soit plus sécurisant que ça.

 

TS: Alors vous ne croyez plus en lui, n’est ce pas ?

 

GM: Bien, parce que – jusqu’à  -

 

TS: Cela signifie-t-il que non ?

 

GM: -la semaine dernière, je pensais que c’était du bluff. Vraiment. Je pensais qu’il maintenait la pression jusqu’au dernier moment. Mais il est nuisible, il a fait tellement de déclarations nuisibles et il –

 

TS: Alors vous avez perdu la foi ? Avez-vous perdu la foi ? Laissez-moi-vous secouer un peu. Avez-vous perdu la foi ?

 

GM: Je ne sais pas. Comment pourrais je le dire ? Vous savez, pour arrêter de croire vous devez –

 

TS: L’avez-vous enterré ? Allez-vous dire que vous lui faites toujours confiance ?

 

GM: Non, si je l’avais enterré, je ne serai pas là. Si je pensais que cet homme n’écoute personne, je ne serai pas là.

 

TS: Allez vous toujours voter pour lui ?

 

GM: Non. Je ne voterai pas pour lui. Plus jamais. Parce qu’il se réfugie derrière le bluff. Maintenant il intimide les nations unies derrière Monsieur bush.

 

TS: Intimider ? Persuader, il dirait.

 

GM: Je dirais plutôt intimider. On ne peut pas ignorer des  déclarations comme, les Nations Unies doivent prouver leur intérêt? On ne peut pas ignorer le fait que l’Amérique puisse simplement s’asseoir et dire soit vous êtes d’accord avec nous soit vous êtes en dehors.

 

TS: 15 membres du conseil de Sécurité, à l’unanimité, ont approuvé la résolution 1441.

 

GM: Oui, et on sait pourquoi.

 

TS: Appeler l’Irak au désarmement.

 

GM: Et c’est pour la même raison -

 

TS: Est ce de l’intimidation ?

 

GM: Ecoutez, c’est pour  -

 

TS: Même la Syrie, contre toute attente.

 

GM: C’est pour la même raison, si ils faisaient passer cette nouvelle résolution, ce qui semblait improbable, vu que la France et l’Allemagne ont toujours dit que ce n’était pas nécessaire. Si ils font passer cette nouvelle résolution, ce sera pour la même raison que la 1ére, parce qu’ils ont peur de la disparition. Et ça pour moi, c’est de l’intimidation.

 

TS: Quel genre de 1er ministre voulez vous ?

 

GM: J’en veux un -

 

TS: Si vous ne voulez pas un homme qui défend ses convictions -

 

GM: Je veux quelqu’un qui défende ses convictions sauf si son public dit -

 

TS: Sauf si vous n’êtes pas d’accord avec lui ?

 

GM: Non – sauf si 90% de son public n’est pas d’accord avec lui.

 

TS: Ce sont les durs moments. C’est pour cela qu’il est payé, n’est ce pas ?

Prendre des décisions difficiles. Pas pour être populaire.

 

GM:   Non, on n’est pas payé pour mettre les vies des gens en danger et ignorer leur opinion sur ce sujet. Personne n’est payé pour ça.

 

TS: Il a dit qu’échouer dans l’action n’amenerait pas la paix mais à un conflit encore plus sanglant dans le futur. C’est ce qu’il a dit.

 

GM: Bien, je vais comparer le futur avec ce qui se passe aujourd’hui, parce que ne pas agir peut signifier – absolument nous connaissions les dangers de Saddam Hussein; nous savions que nous ne pouvions le laisser agir dans son coin. Pourquoi l’avons nous laissé tranquille pendant 12 ans, pourquoi l’avons nous laissé là il y a 10 ans, et maintenant – au moment où Sharon bombarde la west bank – allons nous décider de nous en prendre à Saddam ?

 

TS: Et alors, ils ont donné une chance à la diplomatie pendant 12 ans ? Même si vous devez admettre 12 ans –

 

GM: Absolument – je ne suis pas – Je n’ai aucune sympathie pour Saddam Hussein. Il devrait être parti. Nous avons besoin qu’il parte pour stabiliser la région. Mais on ne peut pas faire ça maintenant, au moment où tous les mouvements terroristes extrémistes n’attendent que ça pour légitimer leurs actions.

 

TS: Comment pensez vous contribuer au débat sur l’Irak ? Je veux dire si vous dites “shoot the dog “ qui fait passer Blair et Bush pour des imbéciles – décrits comme des vicieux –

 

GM: Cela s’appelle une satire.

 GM: Bien, ça ne l’est pas, ou l’est ce ? C’est une satire. C’est aussi une satire sur ces mêmes personnes qui montrent toujours la même chose avec la même animation, les mêmes personnages, tous les samedis sur ITV à 10h30.

 

 TS: Mais vous vouliez un débat sérieux. Comment y contribuent ces choses ?

 

 GM: Je vais vous dire – je suis ici pour ça – il y a 8 ou 9 moi, personne ne voulait – et croyez moi, nous parlons d’une génération qui a si peu – d’envie de politique dans sa musique, que je savais que si je voulais rentrer dans ce jeu et amener les gens à en parler, il fallait que je le fasse avec humour. Et ce qui est sur, c’est que même avec de l’humour à ce stade, les gens n’avaient pas envie d’en entendre parler. Maintenant qu’ils en sont inondés, ça va. Je peux venir et je suis en sécurité.

A ce moment là, je voulais l’écrire, faire des déclarations aussi larges et amusantes que je pouvais dans la vidéo pour être sure que même si les gens étaient trop paniqués pour en parler, ils pourraient en rire en y réfléchissant.

 

 TS: Mais les choses comme “Alors, ma chère Cherie
Pourrais-tu laisser la voie libre pour qu’on baise ce soir ?
Dis lui "Tony Tony Tony,
Je sais que tu es tout excité,
Mais il y a un truc qui cloche chez ce Bush
"

 En quoi cela y contribue ?

 

 GM: Okay. Est ce que je peux lire mes propres paroles une seconde.  je vais vous dire en quoi cela y contribue. l’idée- 

 

TS: Allez droit au but.

 

 GM: L’idée n’a rien à voir – maintenant les américains tournent ça comme une aventure homosexuelle entre les deux. Parce que c’était comme une blague dans la vidéo. Mais ce que cela signifie c’est qu’elle dit qu’elle veut le retenir parce qu’il y a quelque chose qui ne tourne pas rond avec bush. Est ce que vous saisissez le jeu de mots ? Bush -  qui signifie touffe de poils pubiens.

 

 TS: En quoi cela fait-il avancer le débat ?

 

  GM: C’était pour attirer l’attention des gens. Et ne pensez vous pas, par hasard – car vous ne me laissez pas une chance ici – ne pensez vous pas- je ne vous connais pas bien et je ne sais pas si vous regardiez la culture populaire, mais je pense que j’ai tiré cet argument dans la tendance, en dehors des classes politiques bavardes, ou de toutes,  2 ou 3 semaines avant que ça arrive.

Et je voudrais dire, à ce moment là,  quand nous étions supposés nous précipiter, que ces 2 ou 3 semaines furent vraiment – ça n’avait pas d’importance ce que j’ai enduré, pas d’importance de perdre mon single- personne n’a passé mon disque, personne n’a passé la vidéo – ça valait le coup parce que quand on m’a critiqué pour l’avoir fait, c’est devenu tendance. Et c’est exactement pourquoi je suis là aujourd’hui. 

 

TS: Les gens disent que c’est un sujet facile – la protestation anti-guerre.

 

 GM: Je ne pense pas que ce soit un sujet facile. Et ce n’est pas anti-guerre. 

 

TS: Il y a eu beaucoup de précédents pour ça. Contre la guerre, et en particulier contre celle-ci.

 

 GM: Pardon, quels sont les précédents ?

 

 TS: Beaucoup de gens par le passé -

 

 GM: Qui a parlé avant que je ne le fasse ?

 

 TS: Sur celle ci en particulier – je ne parle pas de cette guerre en particulier – les précédentes guerres

 

 GM: Alors -  A quoi ai-je contribué quand j’en ai parlé le premier ?

 

 TS: A vous de me le dire.

 

 GM: J’en ai fait un sujet tendance parce que je suis un chanteur pop et que la meilleure façon d’amener la politique à être tendance, c’est d’en parler si on n’est pas un homme politique. Alors je suis absolument convaincu d’avoir été une des premières personnes à crier que nous avions besoin de cette discussion et que cela l’a amené. Je suis entièrement convaincu que la date à laquelle ils voulaient commencer ce débat était le 11 Septembre. Je l’ai vu – le discours qu’à fait Bush du Capitol la nuit du 11 Septembre, quand rien n’était parti, et quand tout le monde pensait Dieu merci rien n’est parti. J’ai vu ce discours, et j’ai été conscient – je n’ai pas compris qu’en période de Coupe du Monde et de jubilé pourquoi personne ne parlait de ça.

 

 TS: Vous avez été très critiqué, comme vous l’avez dit--

 

 GM: Mm. Et je vais l’être encore plus.

 

 TS: Noel Gallagher a dit, “George essaye maintenant de faire des commentaires sociaux. C’est le mec qui a caché qui il était pendant 20 ans. Et tout à coup, il veut dire des choses sur le monde. C’est ridicule”.

C’était avant la chanson, ce qui est diabolique.

 

 GM:   Bien, je crois que c’est ce qu’il dit qui est risible. Quoi, le fait que je ne veuille pas partager ma sexualité avec le monde entier, ne me donne pas le droit de parler politique. Ce n’est pas un homme intelligent. Si vous voulez trouver des critiques, prenez Monsieur Murdoch. Mr. Murdoch m’a attaqué durement sur Sky News, dans le New York Post, et dans le Sun. Ce qu’il fait, c’est qu’il publie ses insultes dans le  New York Post d’une façon qu’ils le relaient dans le Sun, comme cela je peux juste l’attaquer sur les bases d’une réimpression en provenance d’une source américaine. Et cette source là est trop difficile à attaquer.

Il y a eu une campagne-

 

 TS: Qu’est ce qui vous chagrine avec le New York Post?

 

 TS: Qu’est ce qui devrait m’inquiéter avec le New York Post? C’est un journal fasciste.

 TS: Un pervers fatigué.

 

 GM: Bien c’était - – pourquoi devrais je m’inquiéter ? à part le fait – pourquoi devrais-je m’inquiéter ? Je ne m’inquiète pas du Daily Star, ni du Daily. Ni du Sun ni du Mirror. Pourquoi je m’inquiète ? Je trouve absolument incroyable qu’ils soient capables de traiter un homosexuel de pervers parce qu’il s’est fait prendre en train de draguer. Je trouve ça risible

 

 TS: Vous vous sentez une responsabilité d’en parler ?

 

 GM: Absolument.

 

 

 TS: Mais les gens disent maintenant que vous parlez de ce tirage mais pourquoi pas des autres ? pourquoi pas sur la drogue ?

 

 GM: Parce que ma famille est …

 

 TS: Ca marquerait le coup et les gens remarqueraient, n’est ce pas ?

 

 GM: Non, non, non. Pourquoi ? c’est le genre de choses -

 Int: Parce que ce serait inattendu ?

 

 GM: Non ce ne le serait pas. Ce qui serait inattendu c’est que je nie.

 

 TS: L’avez vous fait ?

 

 GM: Bien sur que non. Parce que j’ai pris des drogues. Je ne suis pas hypocrite. Je ne rentre pas dans ce jeu. C’est quelque chose qui menace la vie et la façon de vire de moi et des gens que j’aime. Ce qui est beaucoup plus important que de dissuader les gens d’en prendre ou de leur dire qu’ils doivent payer pour leurs CD.

 

 TS: Le pensez-vous vraiment ? A long terme ?

 

 GM:   Qu’est ce que c’est ? Cette dispute ? Bon, je – J’ai bien peur que oui, et si vous non – je suis jaloux car vous devez dormir beaucoup mieux que moi

 

 TS: Que voulez vous que  Saddam fasse? Que faut-il faire avec Saddam? Si il ne le fait pas – et c’est clair maintenant, il ne désarmera pas. Il ne se débarrassera pas des missiles.

 

 GM: Je crois que j’ai déjà répondu.

 

 TS: Juste lui parler ?

 

 GM: Non, pas à  Saddam. Il faut faire avec lui de la façon dont on peut mais pas maintenant. Pas avant qu’il n’y ait eu des efforts de fait en Palestine. Sinon – 

 

TS: Pourquoi liez vous les deux ?

 

 GM: Parce que –ils ne sont pas liés, mais chaque terroriste dans le monde qui est un islamiste fondamental lie ces deux choses.

Êtes-vous d’accord avec cela ? 

 

TS: Beaucoup le font

 

 GM: Beaucoup !

 

 TS: Mais ça n’est pas juste, n’est ce pas ?

 

 GM: Bien sur que ça ne l’est pas. Mais ce n’est pas le propos. C’est le danger de cette situation. Ce qui l’est c’est la boîte de Pandore qu’ont ouvert les américains avec l’invention de la bombe atomique dans les années 50 et 60.

Cette boite a été ouverte et des petits morceaux sont maintenant placés un peu partout dans le monde. D’accord ? 

 

TS: Vous vous sentiriez mieux si les nations unies adoptaient une deuxième résolution pour une intervention armée ?

 

 GM: Légèrement, mais je ne pense pas- je pense que beaucoup de gens qui ont voté contre Mr Blair cette fois ci ne votent pas sur est ce normal pour nous de tuer des personnes innocentes en Irak ou pas. Je ne pense pas qu’ils votent pour ou contre cela.

Je pense qu’ils ont voté normalement mais cette fois, ils ont dit qu’ils ne voulaient pas cette guerre dans leur arrière cour. Nous n’avons rien fait pour mériter ça.

Notre administration, pour ce que nous en savons, n’a rien fait pour mériter cela. Je ne pense pas que les Américains aient le même point de vue.

Je pense qu’ils ont été attaqués, ils ont été terrorisés, ils ont voulu un chef puissant, ils ne sont pas aussi informés par les médias que nous le sommes. Et je pense sincèrement que la majorité des britanniques se demandent ce que nous faisons là bas. Nous. Avec les Américains.

 

 TS: Est ce que George Michael déchante avec l’industrie musicale ? Vous en avez assez ? Des passages de votre album older avec Star people
Star People
Comptez votre argent jusqu'a ce que votre âme tourne au vert
Star People
Payez le prix pour votre désir d'être vu
Je ne suis pas comme ça
Je vis peut-être dans un rêve
C'est juste qu'il semble que beaucoup de vous
ne peuvent aider mais j'espère
qu'il y a une différence entre...
vous et moi

Est ce que vous esperez ?

 

 GM: Bon, je ne l’espère pas. Comme je l’ai dit, j’ai fait très peu de promotion depuis Faith, qui était en 1988. On m’a vu à la télévision au maximum deux fois par an, ok ? Je n’ai plus eu besoin de ça depuis longtemps. J’aime – les deux choses les plus importantes dans ma vie sont ma famille, y compris mon partenaire, et ma musique. Et je ne suis pas bien si l’un des deux n’est pas là. J’ai besoin  

 

TS: Ras le bol de l’industrie du disque ? Vous ….

 

 GM: Oh - absolument. 

 

TS: ..... Les patrons et les personnes juridiques qui font de leur mieux pour priver les artistes de leur création.

 

 GM: Oh, ils le font. Pouvez-vous dire honnêtement qu’on entend de l’art à la radio ?

C’est pourquoi j’espère qu’il n’y aura pas de band Aid 2 parce qu’il y a tellement peu de personnes dans le métier qui font de l’argent avec leur cœur et leur âme. Ils font de l’argent en chantant les mots des autres.

Et même avec le poids de quelque chose, appelé Band aid 2 ou 3, ce serait très léger parce que ces gens impliqués seraient très jeunes et ignorants des différents types de politique. Ce n’est pas la même chose de faire un disque et d’envoyer l’argent en Ethiopie. C’est différent et j’espère vraiment que la pop musique, l’industrie du disque, l’industrie actuelle, la génération actuelle restera loin de ça, parce que je ne pense pas que ce serait un mouvement sincère. 

 

TS: Trop de violence dans la musique ? Des paroles rap ?

 

 GM: Bien, la musique américaine a été très nihilistic pendant longtemps, et je trouve cela -  Je pense même, pour être honnête avec vous, que notre industrie musicale est agonisante, je préférerai ne pas avoir de culture de jeune, ce vers quoi nous allons.

 We had youth culture which is now almost - it's been assimilated and there's nothing left of it. I'd rather have no youth culture than a nihilistic

youth culture, which is what America is having to deal with.

 

 TS: Quelles sont les leçons que vous tirez de cette protestation ? Est ce exceptionnel pour vous ?

 

 GM: Oh, absolument.

 

 TS: C’est comme ça ?

 

 GM: L’autre chose dans laquelle je voudrai mettre mon nez -

 

 TS: George Michael arrêtera de faire attention et retournera au travail?

 

 GM: Non. Je crois que la seule chose pour laquelle je pourrai prendre des risques est probablement la Clause 28. Je pourrai aller très loin pour la Clause 28. 

 

TS: Sur les homosexuels - teaching?

 

 GM: Mm. Bien, ce n’est pas juste l’enseignement, c’est toutes sortes de choses.

Mais à ce qu’il parait, je pourrai toujours être arrêté dans la rue parce que je tiens la main de mon petit ami.  As it stands. Je veux dire, ça n’arrivera jamais. Mais c’est une des choses ridicules qui existe. Et je pense qu’il est temps pour les couples gays – je n’ai pas – je n’ai pas vraiment de projet de mariage parce que ça n’a jamais été quelque chose  - je n’ai pas envie d’imiter les relations hétérosexuelles.

Mais je pense qu’il est temps que les personnes qui passent leurs vies ensemble aient les mêmes droits que des époux – l’idée que si quelque chose arrive à moi ou à Kenny, que nos familles aient tous les droits et nous aucun – est juste ridicule. 

 

TS: Okay, George Michael. C’était bien de vous avoir dans l’émission. Merci beaucoup.

 

GM: Merci.

 

 


 

 
 

  Fermer cette page