Site dédié a George Michael
 
 

TOUR BOOK 2007

 

Cher tous,

 L’accueil que j’ai reçu lors de la première partie de la tournée m’a complètement bouleversé. Je ne savais pas que ce type d’expérience était encore possible pour moi, je me suis tellement habitué à cette relation ridicule que j’ai avec les médias.

Dire que toutes ces soirées passées avec vous ont changé tout ça serait peu dire.

Merci beaucoup à vous tous, que vous ayez déjà vu le concert ou que vous le voyiez ce soir pour la première fois.

Merci de m’avoir rappelé combien je suis chanceux, et combien je l’ai toujours été.

 

 

Quand George Michael a marché sur la scène du Palau Sant Jordi l’année dernière, il ne venait pas seulement d’entamer la première soirée de trois mois de tournée européenne. Dans un endroit perché sur les collines au dessus des rues bruyantes de Barcelone, il renouait avec un public fidèle qui avait attendu 15 ans pour l’entendre chanter à nouveau – et 18 ans pour le voir donner un concert pratiquement fait de ses propres chansons. Portant avec élégance ses lunettes de soleil griffées, un costume sombre et élégant, il a marché lentement vers le bord de la scène high tech avant même de chanter une note. Soufflant des baisers vers les 16 000 fans espagnols, il a pu saisir toute la valeur de cette adulation. C’était le 23 Septembre 2006 et la 1ere des 49 dates complètes du 25 Live tour. Il n’y avait pas d’équivoque sur le message : George Michael était de retour. Quelques secondes plus tard, quand il a finalement commencé à chanter, l’effet a été encore plus spectaculaire. Quand les derniers mots de Waiting, une introduction appropriée, s’évanouissaient dans la douce nuit catalane et que les premières mesures de Flawless commencèrent, il y eut des soupirs d’étonnement accompagnés par les flashs électroniques de milliers de téléphones portables. La combinaison de la scène spectaculaire avec le ton riche et rempli d’émotion de la voix de George en a laissé beaucoup frappés d’émerveillement. C’était un moment à saisir et à savourer. Et c’était juste un moment du concert parmi beaucoup d’autres, et de la tournée, qui a enchanté des milliers de fans, qui a atteint des records de présence et a produit des moments d’affection réciproque et d’intimité sans précédent dans les plus grandes salles d’Europe.

 

« Cette première nuit a été électrisante », dit George, en se rappelant. « c’était le premier public venu uniquement pour George Michael devant lequel je n’avais pas chanté depuis si longtemps et le fait que ce soit devant un public espagnol signifiait qu’ils étaient particulièrement démonstratifs. C’était une expérience unique. La chose la plus stressante pour moi était la façon dont j’allais évoluer sur la scène. Et c’est venu tout naturellement au bout d’un moment. De la même façon que j’ai une discussion musicale dans ma tête quand je suis sur scène, j’en ai aussi une géographique. Rien n’est chorégraphié. Cela vient au bout d’un moment. Une voix dans ma tête me dit que je ne suis pas allé d’un côté de la scène depuis un moment. »

« Pour chanter, j’ai été aidé par la technologie. Je peux m’entendre beaucoup mieux sur scène maintenant. Plus la tournée avançait et plus j’ai été surpris par le retour de ma vieille gamme vocale. Ma voix a toujours certaines qualités que je pensais perdues. Mais elles étaient là, un peu plus rouillées. Au bout de 3 ou 4 semaines de concert, j’ai été surpris de pouvoir chanter si bien certaines vieilles chansons. Avoir été loin de la route si longtemps, ma voix n’a pas tant souffert de l’usure et des larmes »

 

 La liste des chansons du 25 Live Tour englobe la carrière entière de George : il y a eu des chansons de l’époque de Wham ! Avec « Eveything she wants » et « I’m your man » rappelant le duo formé avec son vieux copain d’enfance Andrew Ridgeley en 1982 : il y a eu les douces ballades comme « Jesus to a child » et « a different corner » qui ont fait de lui un artiste solo avec de la vraie matière. Il y avait la satire politique avec « shoot the dog » : une extraordinaire reprise soul de Ewan MacColl « the first time ever I saw your face » : une grande fête avec « too funky » et « amazing » ; d’autre part avec des chansons comme « Father figure », « an easier affair », et « outside » il y eut des moments où George chanta d’une façon poignante, honnête  sur sa propre vie et ses expériences. Avec sa renaissance live sur scène, il est aussi resté fidèle à lui-même.

 

 « Il n’y a pas eu de décor pour le show » rappelle-t-il. C’est comme ça que j’aime. Je pense que le public a pu me voir prendre du plaisir comme jamais je ne l’ai fait par le passé. »

Il y avait quelque chose de magique qui se passait. Les gens avaient attendu si longtemps pour me voir, et l’atmosphère, partout, était si bouleversante de chaleur que je me suis senti si humble. Même si je n’avais pas fait de tournée depuis des lustres, je savais que j’allais être meilleur que je ne l’avais été à 25 ans. Je sais mieux ce qui est important pour moi.

 La tournée a quitté l’Europe méditerranéenne vers les royaumes du froid – après 17 concerts tumultueux en Grande Bretagne – le show du 25 Live Tour a pris sa propre vie. Alors qu’il prenait connaissance des hauts et des bas de ses performances, George changeait la set list, enlevant certaines chansons et en ajoutant d’autres, en réponse aux réactions qu’il avait chaque soir de la part de son public.

«  Nous avons fini en enlevant 4 ballades du show » dit-il. La plus forte raison a été la demande du public. Beaucoup de mes fans ont entre 30 et 40 ans et veulent toujours s’amuser. Je comprends la valeur de faire la fête alors j’ai commencé à enlever des chansons que j’avais mises plus pour moi que pour eux. Ca s’est terminé par un show différent de ce que j’avais prévu mais que j’ai beaucoup plus apprécié.

A la fin de la tournée, le public était vraiment impliqué, toutes les nuits. Je savais que ces gens allaient avoir une de leur meilleure soirée depuis longtemps. C’est une époque inquiétante pour beaucoup de gens. Je comprends ce que peut être la vie des personnes hétéro de mon âge. Ils ont de jeunes enfants, des parents en difficulté et beaucoup de problèmes que je n’ai pas. Alors je voulais pendant deux heures les éloigner de leurs soucis. J’ai fait les deux dernières semaines de la tournée avec un gros rhume parce que je ne pouvais supporter l’idée d’annuler pour des gens qui venaient me voir une semaine avant Noël. Je n’ai manqué aucun soir et même pas un réglage de son.

 Il y a eu des changements dans mon public depuis ma dernière tournée aussi. La mer de téléphones portables qui bougeait était nouvelle pour moi, et le public était différent suivant les pays. Il y avait plus de jeunes fans qu’avant, et un nombre surprenant de jeunes hommes gays, surtout dans les pays latins. Pour la première fois, à ce que je me rappelle, il y avait cette mer de beaux hommes juste devant la scène. Le plus on se sent refoulé par la société, et plus on a de soutien pour les artistes gays, et ça a été surtout le cas dans les pays latins. Mais le public était fantastique partout. Les gens m’avaient dit que les suisses seraient réservés, qu’ils écouteraient plutôt. Mais ils ont participé comme tous les autres. »

 Par son concept le 25 live n’a pas eu un budget modeste. Avec les neuf musiciens de George et les 6 choristes répartis sur une série d’étages de chaque côté de l’écran vidéo central, les effets spéciaux n’étaient rien d’autre que stupéfiants, complémentaires de la musique.

L’écran incurvé, qui s’avance pour devenir le sol de la scène, contient 3000 modules  mistrip LED . Construit pour supporter le poids de n’importe lequel des membres du groupe qui marcherait dessus, cette armature métallique LED relaie une collection déconcertante d’effets vidéo et graphiques, un coucher de soleil par ici, un dessin animé par là , des lumières de boite de nuit si la chanson le nécessite .

 «  parce que j’étais si proche des effets, je ne pouvais pas les voir » dit George. Tout ce que je voyais, c’était des formes en vrac derrière moi. Je voulais que le spectacle soit plus théâtre que rock and roll et la technologie était capable de me donner cela. Nous avons quelques vrais génies qui  y travaillent derrière la scène. Mais si vous pouvez disposer de plein de gens sans les voir, alors les effets spéciaux sont un fantastique bonus. Il y a juste eu deux soirs ou je ne me sentais pas en pleine forme- et la combinaison des effets visuels et la bonne volonté du public étaient suffisants pour que je ne lache pas « 

 Beaucoup de soirées du 25 live chargées d’émotion se sont passées lors du passage en Grande Bretagne en novembre et Décembre. Avec quelques uns des concerts avec Mutya Buena en invitée – qui a fait un magnifique duo avec George sur la voluptueuse ballade « This is not real love » - ces soirées furent remarquables par la réponse frénétique et extasique du public  au badinage de George, qui a profité de son 1er public anglophone pour parler un peu plus entre les chansons.

 «  Après toute l’émotion latine, j’étais un peu inquiet que les concerts anglais soient un peu plus froids » dit George. « Mais même Londres – Earls court et Wembley – était simplement fantastique. Le public anglais a changé depuis mon absence. En tant que pays, nous ne somme plus si réservés que ce que nous étions. Je n’ai pas parlé autant au public durant mes dates européennes. Je suis un peu vieux jeu pour cela. Si j’avais une idole étrangère, je n’aimerai pas qu’il me parle en anglais « petit négre ».

 Comme la tournée revenait dans le climat de Décembre à Wembley Arena, avec last Christmas de Wham ! Qui a fait une apparition dans la set liste, le plus catégorique, le plus chaleureux et le plus improbable des retours a été confirmé avec style quand l’album 25 retraçant la carrière de George s’est hissé en haut des charts. Mais pendant que le chanteur anglais recevait une très méritée nomination aux Brits (pour meilleur prestation live), il y avait une date qu’il se devait de faire pour que la première étape de son retour sur scène soit complète.

 Motivé par l’attention que les infirmières avaient apporté à sa maman Lesley, durant sa bataille contre le cancer en 1997, George et l’équipe du 25 live Tour ont rajouté un concert de plus, un concert d’avant Noël au Roundhouse pour 2000 personnes.

«  Il y a certaines promesses que l’on se fait et que l’on doit tenir » di George. « La mort de ma mère a été une expérience horrible, minute par minute. Mais, au milieu de cette terreur, il y avait aussi ces personnes calmes et fantastiques, qui véritablement se souciaient de nous.

 J’ai été stupéfait de voir combien c’était ridicule de considérer une infirmière comme un simple employé de l’Etat, et j’étais déterminé à faire quelque chose, juste pour leur dire merci à toutes en général. Je le referai d’ailleurs. Les infirmières sont des personnes qui forcent l’admiration, et il n’y en a pas beaucoup dans notre vie moderne. Nous utilisons leur vocation comme une excuse pour ne pas les payer correctement.

« La chose la plus étrange du show était que les infirmières qui sont venues au Roundhouse n’étaient pas mon public habituel. Mais elles connaissaient les chansons, alors c’était une jolie façon de finir la tournée. J’ai été présenté par Catherine Tate. Elle est montée sur scène déguisée en Bernie l’infirmière et elle a dit : » le ???? Fainéant n’est pas encore prêt ! » Le public a adoré ça.

 « Beaucoup de personnes de l’équipe de la tournée devaient rentrer aux Etas Unis pour Noël mais ils sont restés pour ce concert. C’était une magnifique façon de tout résumer. Ricky Gervais est venu aussi et il a été si impressionné qu’il veut faire quelque chose de similaire. Mon plus grand regret sur cette tournée c’est qu’il était trop tard pour que ma maman puisse le voir. Elle aurait adoré ça. D’une certaine façon, le concert au Roundhouse a été ma façon de l’impliquer. »

 Aujourd’hui, juste 5 mois âpres le concert au Roundhouse, George remet ça. Porté par la relation qu’il a renouée avec ses fans, il emmène le 25 live Tour dans les plus grands stades d’Europe. La première partie de la tournée s’était arrêté pour un spectacle dans un stade au Parlen Arena de Copenhague, ou George avait battu le record de spectateurs détenu par U2 et avait rassemblé 50 000 fans danois pour délivrer ce qu’il a décrit comme « un des meilleurs spectacle de la tournée »

 «  Tout le monde n’a pas pu me voir » ajoute-t-il. « Alors cette fois ci nous allons faire de plus grands endroits. Croyez moi ou non, j’ai dépensé beaucoup plus d’argent sur celui-ci. Les visuels ont été parfaits sur la 1ere tournée mais maintenant nous avons eu beaucoup plus le temps de les travailler. Tout sera plus grand. Il y aura un passage qui me conduira vers une deuxième scène. La dernière fois j’étais excité et effrayé. Cette fois ci, je suis seulement excité. J’espère juste que je pourrais sentir la température monter – certaines dates vont être très chaudes –« 

 En même temps que beaucoup de concerts en plein air dans les principales villes d’Europe, la tournée du 25 Live Tour des stades ramènera George dans un endroit célèbre ou il est venu plusieurs fois. En devenant le 1er artiste à se produire dans le nouveau stade de Wembley le 9 Juin, il retournera non seulement sur le site du concert d’adieu de Wham ! (the final) en 1986, mais aussi sur la scène qu’il a honoré pour le Live Aid en 1985, le concert pour Nelson Mandela en 1988, le concert hommage à Freddie Mercury en 1992 et le Net Aid en 1999.

 «  A part pour le Final, mon expérience dans les stades  se limite à ces grands shows de bienfaisance. Si je regarde en arrière, je ne me rappelle pas grand-chose du Final. Je me rappelle qu’Elton John était venu, mais c’est tout. Ca sera la première soirée à Wembley et je suis sure que ce sera fantastique. Je ne pense pas qu’il y aura les retrouvailles de Wham ! Ca serait le genre d’exposition dont Andrew n’a pas envie. Ca aurait pu le faire en Décembre, pour chanter Last Christmas. Mais je lui avais demandé si il voulait le faire, et je comprends complètement les raisons de son refus. Mais au stade de Wembley, l’attention serait trop forte. Les gens ont tellement de nostalgie des années 80 qu’ils n’ont pas besoin en plus de retrouvailles de Wham ! ca serait triste. » 

Il y a un concert à Athènes, aussi, la première fois que George se produira en Grèce. « Nous allons essayer de faire un concert à Chypre » dit-il. « C’est de là que vient mon père et il aimerait monter sur scène pour me présenter. Il a vu beaucoup de concerts de la tournée, beaucoup plus que lors des précédentes, et il a apprécié. Il a adoré. J’ai toujours pensé que mes ancêtres grecs étaient une des raisons pour lesquelles je ne me sens pas particulièrement anglais. Même si ma mère était anglaise et si je parle avec un accent plus bas de bourgeois anglais, beaucoup de mes traits de caractère viennent de mon sang grec plutôt que de mon sang anglais. »

 Peu importe l’endroit, les fans peuvent être assurés que George va encore donner le meilleur dans sa performance. Son appétit a été aiguisé avec sa tournée des salles et il a vraiment pris gout à se produire en tournée à nouveau. Pour tous ceux qui ont attendu patiemment pour son retour, George Michael  est déterminé à rattraper le temps perdu.

 «  Comparé aux précédentes tournées, j’ai été une personne différente pour le 25 Live Tour » dit-il. « Il y avait beaucoup de gens formidables avec moi sur la route et j’étais plus relax. Tout était excitant, mais tout le monde était très professionnel et fier de ce que nous faisions. C’était une réussite collective. Quand nous parlions du spectacle, après, c’était « nous » et pas « je ». Même quand des choses s’étaient mal passées, ce qui est arrivé une ou deux fois, je n’étais pas inquiet. Dans le passé, j’aurais été imbuvable. Maintenant, je suis un peu moins obsédé par la perfection. Il y a eu un soir ou l’écran vidéo ne fonctionnait plus pendant les dernières 20 minutes, mais le show s’est quand même terminé très très haut. Si on communique bien, on peut emporter toute une salle sans avoir besoin d’effets visuels. C’st pour cela qu’il n’y a pas trop d’images de moi sur les écrans. J’aime que le public se focalise sur la petite silhouette au centre de la scène. Cette petite silhouette est la réalité. 

«  Je ne crois pas que je referai ce type de show à nouveau. J’ai 43 ans. La prochaine fois, j’en aurai peut-être 46 ou 47. Je ne voudrais pas sentir que je vais lâcher. Je ne voudrais jamais être « pas mal pour 47 ans ». A 43 ans, je peux encore le faire, mais les prochaines tournées seront beaucoup moins sur la notion de faire la fête. Sinon, je deviendrai quelqu’un que je ne veux pas devenir. Je ne voudrais pas chanter tous mes meilleurs tubes quand toutes mes chansons parlent de jeunesse. Ca serait incongru. Alors, j’imagine que la prochaine tournée sera différente. 

«  Mais cette année n’a été que du plaisir. C’est le spectacle que mes fans voulaient. C’est ma façon de les remercier et j’espère qu’ils seront satisfaits. »